POUR UN LANGAGE NON SEXISTE

EViennot2011-pt

http://www.elianeviennot.fr/Langue.html

«La France est l’un des derniers pays où la féminisation des titres fait débat», (Marina Yaguello, professeure de linguistique)).

Ce site fournit des informations :

  • sur l’actualité du combat pour une langue non sexiste;
  • sur les ouvrages, les articles, les sites qui s’y consacrent;
  • sur quelques questions de langue qui font aujourd’hui débat entre les partisan·es de changements citoyens dans les usages de la langue française.

 

Eliane Viennot est professeuse* émérite de littérature de la Renaissance. Elle a enseigné la langue et la littérature française dans les universités de Washington (Seattle, USA), de Nantes, de Corse, de Saint-Etienne, et elle a été membre senior de l’Institut universitaire de France de 2003 à 2013. Spécialiste de Marguerite de Valois et d’autres femmes d’Etat de la Renaissance, elle s’intéresse plus largement aux relations de pouvoir entre les sexes et à leur traitement historiographique sur la longue durée. Militante féministe depuis les années 1970, elle s’est notamment investie dans les campagnes pour le droit à l’avortement, pour la parité, et pour l’institutionalisation des études féministes (ou «de genre»). Elle travaille également aux retrouvailles de la langue française avec l’usage du féminin.

http://www.elianeviennot.fr/index.html

Critique du livre « Le sexe et la langue »

LGS_color1Jean Szlamowicz et Xavier-Laurent Salvador signent un pamphlet antiféministe décoré de discours linguistiques — Compte rendu critique par l’association de recherche GSL

Jean Szlamowicz et Xavier-Laurent Salvador. 2018. Le sexe et la langue. Petite grammaire du genre en français, où l’on étudie écriture inclusive, féminisations et autres stratégies militantes de la bien-pensance. Paris : Éditions Intervalles.

Fin 2018 paraissait Le sexe et la langue, titre qui peut faire illusion, pour le moins lorsqu’on ne connait pas le champ des recherches linguistiques sur le genre ou lorsqu’on ignore le fonctionnement discursif actuel de l’expression la bien-pensance, qui sert si souvent de drapeau de ralliement au sein de courants de pensée ultra-conservateurs. Cela dit, la première page comporte une dédicace qui devrait fonctionner comme une bonne mise en garde pour le cas où le titre semblerait ambigu : « aux féministes – aux vrai(e)s ! » Le choix des mots-clés du titre, avec cette dédicace par laquelle deux auteurs – qui ne font état d’aucun engagement féministe notoire dans leurs écrits précédents – prétendent distribuer des brevets de vrai ou faux féminisme, voilà qui suffit pour mettre sérieusement la puce à l’oreille à quiconque a l’habitude de se confronter à la vulgate antiféministe contemporaine. En effet, il suffit encore, dans notre France des années 2010, d’afficher son engagement féministe pour expérimenter ce type de rappel à l’ordre de la part des antiféministes contemporains qui semblent passer leur temps militant à expliquer aux féministes qu’elles et ils se trompent de combat et desservent leur cause. La première page affiche donc un indice, qui s’avère, de fait, pertinent. L’impression de plonger dans un pamphlet politique antiféministe (et parfois purement misogyne, surtout en deuxième partie) se confirme à la lecture de l’ensemble.

SUITE : ARTICLE

Le féminisme pour les nul.le.s

Le livre était attendu, les Editions First l’ont permis ! « Le Féminisme pour les Nul·le·s » est sorti le 19 septembre en librairies : 

 

Co-écrit par Danielle Bousquet, Margaux ColletClaire GuiraudMine Günbay et Romain Sabathier et illustré par Cécile Dormeau.
  • B.a-ba et idées reçues sur le féminisme, mouvements qui ont marqué son histoire et grands courants de pensée d’hier et d’aujourd’hui, Le Féminisme pour les nul·le·s fournit également des clés pour décrypter les inégalités secteur par secteur… et les combattre ! Au fil de votre lecture, découvrez plus de 50 portraits de féministes, des citations cultes ou qui méritent de l’être, des anecdotes et évènements marquants, ou encore 
des outils concrets pour féminister votre quotidien et celui de votre entourage : films, chansons, quiz, conseils pratiques pour agir pour l’égalité.
  • Sophia Aram a signé la préface et 10 personnalités féministes, aussi diverses qu’inspirantes, ont accepté de témoigner dans ce livre : Michelle Perrot, Christine Delphy, Leïla Slimani, Rokhaya Diallo, Noémie de Lattre, Mélissa Plaza, Anne-Cécile Mailfert, Léa Lejeune, Sylvie Fofana et Victoire Tuaillon.

  • Ce livre s’adresse aux personnes – jeunes et moins jeunes – désireuses de découvrir le féminisme, comme aux féministes de toujours ayant soif d’alimenter et de renouveler leurs savoirs. L’ouvrage consacre par exemple un chapitre aux études sur le genre ainsi qu’un au croisement du sexisme avec d’autres systèmes d’oppression.

 

Éthique et sport sont-ils encore conciliables ?

 

« L’essentiel est de participer » disait Pierre de Coubertin. Mais ça, c’était avant : le livre de Philippe Sarremejane « Éthique et sport » nous fait passer du sport loisir au sport professionnel. De nos jours, il est presque impossible de ne pas pratiquer un sport : ce dernier a envahi tout notre espace de vie, au point de devenir un vecteur important de communication. Il est donc très difficile de faire du « no sport » de Winston Churchill un mot d’ordre. (Mondes Sociaux)

Postcast ici : https://sms.hypotheses.org/20361